Ce matin, en commission des finances, nous avons auditionné M. Nicolas DUFOURCQ, Directeur général de BPI-Groupe. J'ai ainsi pu lui poser la question suivante :

"Je tiens tout d’abord à remercier Monsieur le directeur général d’être venu rendre compte de l’action de la BPI devant les parlementaires. J’ai eu des retours très positifs de la relation des acteurs locaux de ma circonscription dans le Morbihan avec la BPI concernant la réactivité, le partage d’informations et la communication sur les résultats.
Ma question porte sur le soutien aux entreprises existantes (de plus de 3 ans) et la capacité à faire émerger des PME fortes. La BPI envisage – t – elle une politique de soutien des projets d’innovation de PME existantes plus poussée ? Cela permettrait d’étendre la consolidation de nos entreprises, d’autant plus que la capacité de notre pays à faire émerger des PME plus fortes et de taille plus importante est un sujet de compétitivité internationale.

Je suis intervenu ce matin en séance publique lors du débat d'orientation des finances publiques. J'y ai défendu la politique agricole à venir pour 2018.

Retrouvez l'intégralité de mon intervention en cliquant sur : Hervé Pellois - Débat finances publiques 2018.

Cliquer sur la photo pour visionner la vidéo

Mon intervention lors de l'adoption de la proposition de loi du groupe socialiste sur la lutte contre l'accaparement des terres agricoles et le développement du biocontrôle, dont j'ai été le responsable.

Cette loi permet de répondre à trois enjeux majeurs : respect de la souveraineté, avec le renforcement des outils juridiques pour prévenir le rachat de terres agricoles par des fonds étrangers ; respect de l’environnement en luttant contre l'épuisement des sols ; et respect de la diversité de notre agriculture, avec des mesures incitatives en faveur des petites exploitations et des productions respectueuses de l’environnement.

Dominique POTIER, député de Meurthe et Moselle, qui a porté ce texte

La proposition de loi relative au devoir des vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre projette la France sur la scène internationale. Nous sommes le premier pays à se doter d’une législation comme celle-ci.
C’est une véritable avancée en matière de protection des droits humains et de l’environnement au sein de la sphère économique.

Cliquer sur la photo pour visionner la vidéo

"Madame la Ministre,

Ma question porte sur la rénovation énergétique des logements.
Une partie de notre parc est ancien et énergivore. Le budget des ménages consacré à la consommation énergétique croît sans cesse. Entre 2009 et 2014, il a augmenté de plus de 20%.
Dès lors, vous conviendrez que nous devons agir.